Notice: Undefined index: RECHERCHE_GLOBAL in /var/www/vhosts/pyramidefilms.com/inter/templates/distribution/index.php on line 113

Amos Kollek

Films in our catalogue

QUEENIE IN LOVE

24-year-old Queenie prefers the slums of the East Village in Manhattan to her parents multi-million dollar estate in Westchester. A quirky character who plays pranks on everyone, Queenie works as a social worker with kids while unsuccessfully pursuing an (...)

BRIDGET

BRIDGET is the story of a young woman with a criminal past who loses her baby son, Clarence, when her checkered past catches up with her in a deadly encounter and she is judged to be an "unfit mother". She spends 12 years attempting to get the boy back. In (...)

Biography

Amos Kollek est né à Jérusalem en 1947. Son père n'est autre que Teddy Kollek, qui fut maire de Jérusalem pendant de longues années. Après avoir effectué son service militaire dans l'armée israélienne, de 1965 à 1968, le jeune Amos sort trois ans plus tard de l'université hébraïque de Jérusalem après avoir obtenu une licence en philosophie et psychologie. Il écrit plusieurs livres ("Don't Ask Me if I Love" en 1971, "After They Hang Him" en 1977, publiés en plusieurs langues) et, à partir de 1980, s'intéresse au cinéma, écrivant dans un premier temps le scénario de Al Tishali Im Ani Ohev, réalisé en Israël par Barbara Noble. Kollek y tient également un petit rôle. En 1985, Amos Kollek réalise son premier film, Goodbye New York, les aventures d'une jeune juive américaine en Israël. Implanté aux Etats-Unis, Kollek y réalisera tous ses films, à commencer par Forever, Lulu, une comédie à suspens mettant en scène Debbie Harry, Hanna Schygulla et Alec Baldwin dans son tout premier rôle. Suivra High Stakes, qui mettra en scène pour la première fois une toute jeune fille nommée Sarah Michelle Gellar, puis Lahav Hatzui (également connu sous le titre Double Edge) : Faye Dunaway y campe une journaliste américaine couvrant le conflit israélo-arabe, et le film, quasi- documentaire, implique des personnages réels parmi lesquels le père d'Amos Kollek, l'ex-ministre des Affaires Etrangères Abba Eban ou encore le controversé rabbin Meir Kahane. En 1994, Amos Kollek réalise Whore 2, portrait ultra-réaliste de quelques prostituées new-yorkaises. Jusque-là, le cinéma du réalisateur, encore tiraillé entre semi-documentaire et film de genre, ne parvient pas à traverser les frontières, ni même à remporter le moindre succès commercial outre-Atlantique. Ce qui ne sera pas le cas avec Sue perdue dans Manhattan, découvert au Festival de Toronto en septembre 1997 et qui marque la rencontre d'un réalisateur et d'une actrice, Anna Thomson. Encore une histoire aux confins du documentaire pour ce parcours tragique d'une jeune femme en mal d'argent et d'amour dans les rues de New York. Minuscule production, tourné en deux semaines caméra à l'épaule, Sue perdue dans Manhattan réunira néanmoins quelque quarante mille spectateurs sur Paris au terme de six mois d'exploitation, révélant la troublante Anna Thomson aux yeux du public français. Entre-temps, Kollek et sa comédienne auront tourné Fiona, production encore plus fauchée, tournée de manière encore plus précaire que Sue. Et dernièrement, la paire vient de sortir un nouveau film qui s'appelle : Fast Food, Fast Women... une comédie ! Après Sue perdue dans Manhattan, Fiona et Fast Food, Fast Women, Anna Thomson va être dirigée pour la quatrième fois par Amos Kollek dans Bridget, l'histoire d'un homme obsédé par une actrice qui est à la recherche de son enfant.